Archive

Articles taggués ‘sensibilité’

Technique photo : gestion de la lumière

Bonjour tout le monde,

après un nouveau type d’article vous présentant un photographe célèbre, et un article plus classique sur Dublin nous reprenons la série d’articles techniques avec comme sujet cette fois-ci : la gestion de la lumière.

Avant de commencer, je vous rappelle les 3 articles précédents qui vous seront utiles pour comprendre le vocabulaire utilisé ici :

Maintenant que les bases sont posées, places aux conseils pour bien exposer vos photos, c’est à dire avoir une lumière le plus proche de la réalité.

L’article est sous forme de questions-réponses, utilisez les commentaires pour poser les vôtres.

Ma photo est trop sombre ou au contraire trop claire, que faire ?

Si votre photo est trop sombre, alors on parle d’une photo sous-exposée ou d’une photo exposée « à gauche » (voir plus bas). C’est la conséquence du manque de lumière sur votre photo. Il faut donc faire entrer plus de lumière pendant le temps d’obturation. Parmi les possibilités : augmentez l’ouverture du diaphragme, augmentez le temps de pose ou augmentez la sensibilité du capteur.

Par opposition, si votre photo est trop claire : diminuez l’ouverture du diaphragme, diminuez le temps de pose, diminuez la sensibilité du capteur.

Comment savoir si ma photo est bien exposée ?

Certains appareils vous permettent de faire apparaitre un histogramme d’exposition. L’image ci-dessous vous montre différents histogrammes liés aux 3 expositions (sous-exposé, bien exposé, sur-exposé).

Centrez au maximum l’histogramme pour une exposition optimale

Attention : centrer l’histogramme, c’est bien mais c’est le résultat final qui compte, la photo que vous aurez sous vos yeux. N’hésitez pas à corriger l’exposition pour avoir le résultat que vous souhaitez réellement. Profitez de l’avantage du numérique pour prendre plusieurs photos avec des expositions différentes, et faites votre choix final sur un ordinateur, au calme.

Vous comprenez maintenant le terme : « exposition à gauche » pour une photo sombre et « exposition à droite » pour une photo claire (sur-exposée). Pour faire apparaitre ce diagramme, jouez avec le bouton permettant de changer d’affichage et/ou d’éteindre votre écran (sur l’appareil photo). Vous pouvez également lire le manuel de votre appareil photo 😉

Je bouge pendant la prise de vue et ma photo est flou, comment empêcher cela ?

Pour réduire le flou, il faut réduire le temps d’exposition. Malheureusement, cette action va réduire la quantité de lumière et assombrir la photo. Comme expliqué ci-dessus, vous devez compenser en choisissant une ouverture ou une sensibilité plus grande, avec les effets secondaires évoqués plus bas. Une autre solution est évoquée ci-dessous, plus complexe mais tellement plus jolie.

Que faire si je veux plus de lumière, sans flou et sans perte de qualité ?

La solution la plus connue est l’utilisation du flash, que beaucoup d’appareils photos compacts ont tendance à utiliser à outrance : dès qu’il manque un peu de lumière. Il faut savoir qu’au delà de quelques mètres, le flash devient inutile (les flashs qui crépitent, les soirs de matchs dans un stade : que d’énergie perdue).

L’autre solution est d’augmenter le temps de pose mais en limitant les mouvements pendant le temps de pose. Il faut donc poser votre appareil sur un muret ou sur un pied prévu à cet effet. Utilisez également le minuteur de votre appareil photo, pour éviter que l’appui sur le déclencheur produise un mouvement de l’appareil.

Posez votre appareil photo en toute circonstance

Lors d’une photo avec flash, le fond est tout noir. Une solution ?

Pour un portrait de nuit, utiliser le flash est une bonne idée mais le fond, peu lumineux, n’aura pas envoyé assez de lumière au capteur de votre appareil photo. Peu de lumière de fond = fond sombre. Logique imparable. Pour éviter ce souci, de nombreux appareils sont équipés d’un mode scène appelé « Portrait de nuit », qui combine le flash (pour les zones proches) et la pose longue (pour l’arrière-plan). Attention à ne pas bouger de trop pour éviter le flou de bougé.

Parmi les différentes scènes, cherchez le portrait de nuit

A cause du contre-jour, mon sujet est tout noir. Je fais comment ?

Votre sujet est trop peu lumineux en comparaison avec l’arrière-plan, ce qui entraine le côté sombre du sujet. Il existe 2 solutions : vous pouvez forcer l’utilisation du flash par votre appareil photo. Le flash va « déboucher » les ombres sur le sujet. Le résultat n’est pas toujours naturel (ambiance photomontage).
Astuce : éloignez vous du sujet pour réduire l’effet du flash et avoir un résultat plus naturel. Zoomez pour compenser le recul de l’appareil photo.

Forcez le flash pour éclairer les ombres

Et si je ne veux pas un résultat surnaturel ?

La deuxième solution pour éviter d’avoir des ombres « bouchées » sur le sujet est plus complexe à mettre en œuvre. De plus elle n’est pas disponible sur tous les appareils photos. Elle consiste à modifier la méthode de calcul de l’exposition automatique. Par défaut, l’appareil photo fait la moyenne sur l’ensemble de l’image pour essayer de bien exposer toute l’image. En choisissant la méthode dite « spot » seul le centre de l’image est utilisé pour le calcul de l’exposition. En plaçant le sujet au centre, celui-ci sera forcément bien exposé (donc clair, reconnaissable). Cette méthode a aussi un inconvénient : le fond sera sur-exposé (trop clair). A vous de choisir la méthode que vous préfèrerez.

Mesure globale, mesure spot, mesure pondérée, mesure pondérée centrale

Récapitulatif des effets secondaires

Augmenter l’ouverture du diaphragme ==> réduire la zone de netteté d’une photo
Réduire l’ouverture du diaphragme ==> augmenter la zone de netteté d’une photo
Augmenter la sensibilité du capteur ==> réduction de la qualité de la photo

J’espère avoir répondu à vos questions qui concernent la gestion de la lumière mais n’hésitez pas à poser d’autres questions en commentaires, pour que j’enrichisse cet article.

Jérémie.

Technique photo : la sensibilité à la lumière

Hello everybody ! Voici un nouvel article dédié à la technique photo. Il vient compléter la série sur le triangle des paramètres permettant de gérer la lumière en photographie. Pour ceux qui auraient raté les précédents :

Les connaisseurs auront deviné (les malins aussi, c’est marqué dans le titre) que je vais vous parlez de la sensibilité à la lumière. En photographie numérique, c’est la sensibilité du capteur numérique que nous allons étudier. En photographie argentique (dite « de nos aïeux »), c’est la sensibilité de la pellicule.

Cette sensibilité s’exprime en ISO (les plus anciens d’entre nous auront également connu le passage de l’unité ASA à l’ISO). Cette valeur peut varier de 50 (pour une très faible sensibilité à la lumière) à 25600 ou 51200 (une très très forte sensibilité). Ces dernières valeurs sont réservées aux meilleurs appareils photo numériques. Pour les pellicules, je n’ai connu, pendant mon enfance, que des pellicules allant de 100 à 400 ISO mais après recherches des pellicules de 3200 ISO existent.

Les images ci-dessous vous présentent la même scène avec le même éclairage mais prises avec des sensibilités différentes. La photo de gauche est prise à 100 ISO (une basse sensibilité) et celle de droite à 1600 ISO (une sensibilité élevée).

La qualité s’en ressent mais une fois recadrée la différence ne saute pas aux yeux. Pour une photo qui décorera votre fond d’écran ou à imprimer en grand format, privilégiez une basse sensibilité. Pour un tirage sur papier, en format standard, n’hésitez pas à utiliser une sensibilité plus élevée (surtout la nuit) pour éviter le flou de bouger.

Sensibilité à la lumière : c’est la capacité d’une pellicule ou d’un capteur numérique à « enregistrer » la lumière.

Plus la sensibilité est élevée, plus la lumière est captée rapidement. Une pellicule de 200 ISO enregistrera deux fois plus de lumière en un temps « t » qu’une pellicule de 100 ISO durant le même temps « t ».

Et c’est à ce moment précis que vous vous demandez : pourquoi ne pas utiliser une sensibilité élevée pour toutes les photos ?

La montée en sensibilité n’est pas sans conséquence sur la qualité de la photo. Du grain (appelé « bruit » en numérique) va apparaitre sur la photo, dégradant l’image. Les détails de l’image seront moins visibles (à gauche 100 iso et à droite 1600 iso : cliquez sur l’image pour voir en GRAND).

Les zones sombres seront également plus touchées que les parties claires, le « bruit » étant beaucoup plus visible (à gauche 100 iso et à droite 1600 iso : cliquez sur l’image pour voir en GRAND).

Un des avantages du numérique est de pouvoir régler « à la volée » (c’est à dire : quand vous le souhaitez) la sensibilité du capteur. Quand la lumière est faible, le premier reflex(e) sera d’augmenter cette sensibilité… C’est souvent le cas du mode automatique des appareils photos numériques et c’est la raison principale de la médiocrité (en qualité) des photos de nuit. Les diverses solutions pour éviter cela et améliorer la qualité seront évoquées dans le prochain article technique.

La sensibilité ne permet pas à proprement parler de créer des effets particuliers (comme les poses longues ou la profondeur de champ faible) mais :

  • vous pouvez diminuer la sensibilité pour pouvoir augmenter l’ouverture du diaphragme et donc diminuer la profondeur de champ (article technique)
  • vous pouvez augmenter la sensibilité pour pouvoir augmenter la vitesse d’obturation et donc figer un mouvement rapide (article technique)

Maintenant, comment modifier la sensibilité ISO du capteur de votre appareil photo ? Il est plus rare de pouvoir modifier cette sensibilité sur un compact et je n’ai malheureusement pas de solution aussi facile qu’avec les précédentes techniques… Néanmoins, utilisez la molette de sélection pour quitter le mode automatique car il est certain qu’il ne vous permettra pas d’influer sur la sensibilité du capteur. Puis je vous conseille de fouiller le menu de votre appareil photo (ou le manuel, ça marche aussi) pour trouver où modifier cette sensibilité.

N’hésitez pas à indiquer votre modèle d’appareil photo dans les commentaires, je me renseignerai et vous donnerai la méthode à suivre 😉

Prochain article : la gestion de la lumière grâce aux 3 paramètres (ouverture du diaphragme, vitesse d’obturation, sensibilité du capteur) et les conseils pour une bonne exposition de vos photos.

Jérémie