Accueil > Techniques photo > Technique photo : la sensibilité à la lumière

Technique photo : la sensibilité à la lumière

Hello everybody ! Voici un nouvel article dédié à la technique photo. Il vient compléter la série sur le triangle des paramètres permettant de gérer la lumière en photographie. Pour ceux qui auraient raté les précédents :

Les connaisseurs auront deviné (les malins aussi, c’est marqué dans le titre) que je vais vous parlez de la sensibilité à la lumière. En photographie numérique, c’est la sensibilité du capteur numérique que nous allons étudier. En photographie argentique (dite « de nos aïeux »), c’est la sensibilité de la pellicule.

Cette sensibilité s’exprime en ISO (les plus anciens d’entre nous auront également connu le passage de l’unité ASA à l’ISO). Cette valeur peut varier de 50 (pour une très faible sensibilité à la lumière) à 25600 ou 51200 (une très très forte sensibilité). Ces dernières valeurs sont réservées aux meilleurs appareils photo numériques. Pour les pellicules, je n’ai connu, pendant mon enfance, que des pellicules allant de 100 à 400 ISO mais après recherches des pellicules de 3200 ISO existent.

Les images ci-dessous vous présentent la même scène avec le même éclairage mais prises avec des sensibilités différentes. La photo de gauche est prise à 100 ISO (une basse sensibilité) et celle de droite à 1600 ISO (une sensibilité élevée).

La qualité s’en ressent mais une fois recadrée la différence ne saute pas aux yeux. Pour une photo qui décorera votre fond d’écran ou à imprimer en grand format, privilégiez une basse sensibilité. Pour un tirage sur papier, en format standard, n’hésitez pas à utiliser une sensibilité plus élevée (surtout la nuit) pour éviter le flou de bouger.

Sensibilité à la lumière : c’est la capacité d’une pellicule ou d’un capteur numérique à « enregistrer » la lumière.

Plus la sensibilité est élevée, plus la lumière est captée rapidement. Une pellicule de 200 ISO enregistrera deux fois plus de lumière en un temps « t » qu’une pellicule de 100 ISO durant le même temps « t ».

Et c’est à ce moment précis que vous vous demandez : pourquoi ne pas utiliser une sensibilité élevée pour toutes les photos ?

La montée en sensibilité n’est pas sans conséquence sur la qualité de la photo. Du grain (appelé « bruit » en numérique) va apparaitre sur la photo, dégradant l’image. Les détails de l’image seront moins visibles (à gauche 100 iso et à droite 1600 iso : cliquez sur l’image pour voir en GRAND).

Les zones sombres seront également plus touchées que les parties claires, le « bruit » étant beaucoup plus visible (à gauche 100 iso et à droite 1600 iso : cliquez sur l’image pour voir en GRAND).

Un des avantages du numérique est de pouvoir régler « à la volée » (c’est à dire : quand vous le souhaitez) la sensibilité du capteur. Quand la lumière est faible, le premier reflex(e) sera d’augmenter cette sensibilité… C’est souvent le cas du mode automatique des appareils photos numériques et c’est la raison principale de la médiocrité (en qualité) des photos de nuit. Les diverses solutions pour éviter cela et améliorer la qualité seront évoquées dans le prochain article technique.

La sensibilité ne permet pas à proprement parler de créer des effets particuliers (comme les poses longues ou la profondeur de champ faible) mais :

  • vous pouvez diminuer la sensibilité pour pouvoir augmenter l’ouverture du diaphragme et donc diminuer la profondeur de champ (article technique)
  • vous pouvez augmenter la sensibilité pour pouvoir augmenter la vitesse d’obturation et donc figer un mouvement rapide (article technique)

Maintenant, comment modifier la sensibilité ISO du capteur de votre appareil photo ? Il est plus rare de pouvoir modifier cette sensibilité sur un compact et je n’ai malheureusement pas de solution aussi facile qu’avec les précédentes techniques… Néanmoins, utilisez la molette de sélection pour quitter le mode automatique car il est certain qu’il ne vous permettra pas d’influer sur la sensibilité du capteur. Puis je vous conseille de fouiller le menu de votre appareil photo (ou le manuel, ça marche aussi) pour trouver où modifier cette sensibilité.

N’hésitez pas à indiquer votre modèle d’appareil photo dans les commentaires, je me renseignerai et vous donnerai la méthode à suivre 😉

Prochain article : la gestion de la lumière grâce aux 3 paramètres (ouverture du diaphragme, vitesse d’obturation, sensibilité du capteur) et les conseils pour une bonne exposition de vos photos.

Jérémie

  1. 31/08/2010 à 12:11 | #1

    Chouette article qui résume bien ce qu’il faut savoir sur la sensibilité, notion pas forcément évidente et pourtant primordiale ! Généralement, je conseille ce livre à ceux qui sont intéressé par l’exposition en photographie: http://www.amazon.fr/Pratique-.....=1-1-fkmr0
    Je le trouve génial !

  2. 31/08/2010 à 16:34 | #2

    Pour éviter le bruit thermique à très haute sensibilité certains se sont amusés avec de l’azote liquide (plus le capteur est au frais, moins il y a de bruit)… On obtient de très bon résultats, mais l’appareil ne survit curieusement pas longtemps 😀
    Je me permet un petit lien vers la page wikipedia du bruit numérique, très bien foutu, avec des petites astuces (notamment l’exposition à droite, bien vu !) : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bruit_num%C3%A9rique

  3. 31/08/2010 à 16:56 | #3

    Merci de vos différentes précisions :)
    J’expliquerai dans le prochain article l’histogramme d’exposition (et donc l’exposition à droite).

    J’essaierai aussi de donner des astuces pour exposer au mieux selon les conditions (une pose longue pour un paysage de nuit, plutôt qu’un coup de flash, etc…)

  1. 17/09/2010 à 09:19 | #1