Accueil > Techniques photo > Technique photo : la vitesse d’obturation

Technique photo : la vitesse d’obturation

Coucou tout le monde ! Je vous avais demandé lors du précédent article technique si vous souhaitiez que ce type d’article continue… Vous avez décidé à une écrasante majorité (à l’unanimité même) que cela devait continuer. Je m’exécute donc avec ce nouvel article technique consacré à la vitesse d’obturation (appelé également temps de pose). Nous allons prendre comme habitude de commencer avec une petite définition :

Vitesse d’obturation : c’est en fait la durée pendant laquelle l’obturateur de l’appareil photo reste ouvert. C’est uniquement pendant ce laps de temps que la lumière vient heurter le capteur de l’appareil photo (ou la pellicule, je sais qu’il en reste encore parmi vous ;))

Temps de pose : voir ci-dessus la définition de « Vitesse d’obturation ».

Cet intervalle de temps s’exprime en seconde et peut varier de 1/6400 s (moins d’un millième de seconde) à plusieurs secondes. En dessous d’une seconde, la valeur s’exprime en fraction de secondes (1/2s = une demi seconde). Plus le chiffre est grand… plus le temps de pose est court (une logique légèrement différente de ce à quoi nous sommes habitués).

Et c’est à ce moment précis que vous vous demandez : Mais quelle est l’influence du temps de pose sur une photo ? (cette question va devenir récurrente, habituez-vous à vous la poser ;))

Plus le temps de pose est long, plus les mouvements risquent de créer une image flou. Si vous choisissez un temps de pose de plusieurs secondes, vous devez vous assurer de ne pas bouger l’appareil photo (impossible sans poser l’appareil : trépied ou rebords). Et même si vous arrivez à ne pas bouger, tout mouvement se traduira par une partie de l’image flou… Cela peut-être un arbre si il y a du vent, une personne qui se déplace ou une voiture qui roule.

1/60e de seconde permet déjà de voir le mouvement de la balle et de la raquette

Plus le temps de pose est court, plus les mouvements seront figés. Si vous choisissez un temps de pose de 1/3200s, vous aurez une chance d’avoir une Formule 1 (prenons Michaël Schumacher comme pilote) nette.

Temps de pose 1/2000e : figeons le temps

Mais alors, faut-il toujours choisir une vitesse d’obturation rapide (un temps de pose court), pour ne jamais avoir de flou ?

La réponse n’est pas si simple que cela… Plus le temps de pose est court, moins vous avez de lumière venant frapper la pellicule. Vous pouvez également ajouter une touche artistique à vos photos, avec un temps de pose assez long. Exemples en vrac :

  • une boule de bowling flou, créant l’impression de mouvement vers les quilles
  • une cascade où l’eau semble d’une douceur inégalable
  • un feu d’artifice à couper le souffle

[BIENTÔT 2 PHOTOS ICI : COMPARAISON TEMPS DE POSE LONG / COURT]

Il existe également sur certains appareils photos une fonctionnalité appelée pose Bulb. Cette fonction permet un temps de pose illimité : vous pouvez l’arrêter quand vous le souhaitez. Les utilisations possibles ? Light-painting (dans le noir, avec un laser ou une lambe, vous « dessinez » sur un mur ou autre) ou capture d’un éclair pendant un orage… Vous visez, posez l’appareil photo, déclenchez et attendez un éclair. Le résultat est garanti et risque de rendre jaloux nombre de vos proches.

J’espère vous avoir mis l’eau à la bouche… Si c’est le cas, vous allez souhaiter mettre cela en œuvre sur votre appareil.

Cela dépend encore une fois de votre appareil mais il existe 2 solutions :

  • vous possédez un reflex, un bridge, ou un compact offrant des réglages manuels : tournez la mollette de réglage sur le mode S (appelé « priorité vitesse »), puis choisissez la vitesse d’obturation désirée.
  • vous disposez d’un compact sans réglage manuel ? Votre appareil, comme tout appareil photo, peut quand même modifié sa vitesse d’obturation. Utilisez les modes « scènes » pour ruser. Parmi les scènes les plus courantes : « Sport » utilisera un temps de pose court tandis que « Feu d’artifice » ou « Ciel étoilé » utiliseront un temps de pose plus long (plusieurs secondes, pensez à poser votre appareil photo).

Dans tous les cas, prendre une photo de sport, nette, dans une salle mal éclairée vire donc rapidement au casse tête… La lumière est l’élément essentiel d’une photo, c’est la raison du prochain article. Il vous expliquera les différents éléments de l’appareil photo qui vous permettront de déterminer la quantité de lumière qui composera votre photo. Vous connaissez déjà deux des caractéristiques principales : l’ouverture du diaphragme et la vitesse d’obturation.

A bientôt 😉

  1. 14/05/2010 à 21:21 | #1

    Et la pause Bulb ? Un article à part ? Très utile pour expérimenter le lightpainting !

  2. 20/05/2010 à 12:46 | #2

    allez hop, j’udpate l’article immédiatement pour parler de la pose BULB :)

  3. _
    12/08/2011 à 14:47 | #3

    Bonjour, article interesant (surtout suite a la lecture du précédent). Je me pose par contre une question concernant l influence du temps de pause, de l ouverture et de labsensibilité sur le contraste et les couleurs d une photo. En supposant une photo d un objet immobile par grand soleil. Si je prends une photo « normale » avec un me grande ouverture et un temps de pause court, une photo équivalente avec une petite ouverture mais un temps de pause plus long sera t elle aussi lumineuse? Contastee? Colorée ? Ceci en supposant que les paramètres de la seconde photo ont été bien choisi pour avoir un similaire :-)
    Ps: j ai mis mon vrai mail 😉

  1. 20/05/2010 à 14:01 | #1
  2. 30/08/2010 à 13:50 | #2
  3. 21/11/2010 à 16:09 | #3